LA JEUNESSE N’EST QU’UN MOT


16 juin 2016
Retour aux articles

Si je vous dis super-actifs, early adopters, un peu égoïstes parfois, adeptes de la consommation collaborative, et résolument ouverts sur le monde, vous pensez aux Hipsters ? Vous n’y êtes pas. A la génération Y ? Oubliez !

Je vous parle des 60-75 ans, rebaptisés les JEUNIORS, forts à la fois de leur expérience et de l’envie de jeunesse.

 

portrait-femme

 

Grenade & Sparks, en partenariat avec Co-Meet, publie une étude sur cette génération trop longtemps caricaturée. Quarante d’entre eux, se sont prêtés, pendant plusieurs semaines, au jeu de la conversation dans un groupe Facebook. Ils y ont partagé leur vision sur cette tranche de vie, mais aussi leur appréhension des voyages, de l’alimentation, de la santé, des technologies, et de la consommation collaborative.

 

Portrait de ces hommes et femmes hyper connectés, devenus les coqueluches des médias et des marques. Pas étonnant, ils ont tout pour eux : le temps, l’argent, la santé, l’envie et beaucoup de vie. Une génération dorée qui bouleverse les codes et les perceptions. Il faut dire qu’aucune génération avant la leur n’a abordé cette tranche d’âge dans une telle forme physique et neurologique, ni avec un tel pouvoir d’achat d’ailleurs.

 

Attention ne les confondez pas avec les quinquados. Vous savez ces quinquagénaires-adolescents insouciants qui refusent la routine et vivent, sans retenue, une nouvelle jeunesse. Non, nos jeuniors ne cherchent pas à paraître jeunes, ils ont inventé la jeunesse. C’est ce qui les rend cool et sexy ! Ils sont les enfants de Mai 68. Biberonnés à la rébellion, aux Rolling Stones et aux Beatles, ils ont défendu la liberté, le droit à la jouissance et l’égalité hommes – femmes. Ils vivent dans un temps suspendu, portés par un apaisement jubilatoire. Certains n ‘hésitent d’ailleurs plus à divorcer. Le nombre de divorce des personnes âgées entre 60 et 70 ans a doublé en 10 ans.

 

Ils seront vieux plus tard

La retraite, oui (pour certains), mais pas le retrait ! Ils n’ont jamais été aussi actifs. Ils répartissent leur temps entre la garde éventuelle de leurs petits enfants, leurs loisirs, et leurs activités entrepreneuriales, politiques ou sociales. 50% des responsables associatifs et 1/3 des maires ont plus de 60 ans. Mais au-delà de leur hyperactivité, ce qui a fondamentalement changé, c’est qu’ils revendiquent le droit à l’égoïsme. Ils ne sont plus uniquement dédiés à leur famille. Ils accordent beaucoup d’importance au temps pour eux, au temps choisi, pour prendre soin d’eux ou des autres. Une juste question d’équilibre.

 

Le jeunior est-il un consommateur comme les autres ?

Ne les considérez surtout pas comme tel ! Le jeunior est exigeant. Il a une connaissance et du temps disponible pour être plus critique. Il compare, cherche la meilleure offre. Il veut consommer oui, mais consommer responsable. Trouver un sens et un réel bénéfice dans leur consommation. Il a des pratiques alimentaires dans l’air du temps et teste les sports les plus improbables. Il aime les voyages mais pas forcément comme on l’imagine. Exit l’image des seniors ghettoisés en croisières ou en groupes organisés. Il aime l’aventure, la découverte, les rencontres et l’authenticité.

 

Mais quelles conséquences pour les marques ?

Ce n’est plus une honte mais une aubaine d’associer son image à des vieux. Toutes les marques, de la grande consommation au luxe s’en emparent. Terminé de cantonner les vieux aux monte-escaliers ou autres assurances décès. On assiste à un changement total d’appréhension et de représentation. DS, Marionnaud, Le Bon Marché, Yves Saint Laurent…en font leurs icônes.

 

Les seniors sont morts, une segmentation plus fine s’impose.

Deux marketings émergent clairement : celui destiné aux jeuniors et celui destiné aux tranches d’âge suivantes. Alors, oubliez vos idées reçues et rendez-vous sur le site lesjeuniors.com, entièrement dédié à cette enquête.

 

 

 

Titre : “La jeunesse n’est qu’un mot” Pierre Bourdieu

Retour aux articles