Quand le commerce transforme des endroits en lieux


26 avril 2014
Retour aux articles

Nous passons tous notre temps à parler, à prôner les expériences clients, face à des consommateurs exigeants qui se déplacent en points de vente pour vivre autre chose que ce qu’ils vivent sur internet, et pour lesquels le déplacement doit s’accompagner d’une découverte, d’une surprise pour justifier de dépenses.

 

A ce titre, les bars et les cafés sont en train de démontrer concrètement ce qu’un commerce peut apporter en termes d’expérience nouvelle et en quoi un endroit peut devenir un lieu, une destination d’achat & plaisir.

 

                                HiP-Paris-Blog-Diane-Yoon-Broken-Arm-151

 

Terminés les mégots écrasés et les jus de chaussette servis au comptoir. Deux tendances émergent : celle des bars à concept, et celle des coffee shops.

Au départ, un bar est un endroit où l’on vient déguster des boissons : du vin, des alcools, des cocktails mais aussi du café. Ensuite, le terme va désigner autant le local que le comptoir. Puis, très vite, on va pouvoir y consommer une nourriture solide, mais spécifique puisqu’elle va pouvoir être dégustée avec les doigts.

Ce snacking va évoluer vers la fin du XXème siècle pour laisser place à une offre de plus en plus élargie et de plus en plus ciblée. C’est la naissance des bars à huîtres et bars à sushis. Aujourd’hui, la gamme proposée semble sans limite : bar à fromages, dédié entièrement aux produits laitiers. Au Makassar, à Paris, ce ne sont pas des fromages mais des bries que les consommateurs peuvent déguster.

 

                                MAKASSAR

 

Yannick Alléno, a, quant à lui, choisi de miser uniquement sur la rillette. Toujours plus original, un chef pâtissier invite ses clients à déguster un repas entier avec des plats aux saveurs uniquement sucrées. Le gourmet contemporain peut ainsi organiser comme bon lui semble, la nature, la quantité de mets à déguster mais aussi faire une découverte de produits en partageant une nouvelle forme de sociabilité avec les autres convives.

Autre phénomène, l’émergence des coffee shops, non pas à la manière de ceux d’Amsterdam (!) mais comme un grand retour aux moulins à café dans des endroits pensés comme un second chez soi. Décorés de bois, ces lieux accueillent les sans bureau fixe, qui y boivent leur espresso, les yeux rivés sur leur Mac, les amies qui s’y retrouvent pour un déjeuner healthy mais aussi les fêtards pour qui les cocktails seront servis jusqu’au bout de la nuit par la vedette de ces cafés : le barista. Ajoutez à cela une cuisine toujours originale et vous arrivez à créer l’essentiel de cette nouvelle destination : l’ambiance. Une ambiance propice là encore à une nouvelle forme de sociabilité où les clients sont accueillis, et ne sont plus ignorés, et où ils ont plaisir à se trouver et se retrouver.

 

BULY                          

Deux exemples qui devraient en inspirer d’autres quel que soit le domaine.

Ainsi, un nouveau concept de boutique cosmétique a ouvert ses portes à Paris le 1er avril dernier. Buly, concept totalement nouveau dans les murs d’une officine du XIXème siècle où vont se côtoyer les rituels de beauté séculaires et les dernières innovations de la parfumerie.

 

Dans tous les cas, ces endroits se transforment en lieux car ils portent une promesse, une promesse d’une expérience inédite. Comme quoi, le commerce physique n’est ni au bout de son existence, ni au bout de sa créativité.

Retour aux articles